Important : Pour des raisons de confidentialité, de conservation, de sécurité (etc) je ne donnerais pas la localisation de cet endroit. Merci de votre compréhension.

Voilà une visite comme je les aime. Après s'être garés un peu trop loin, nous marchons une bonne demi-heure le long d'un chemin forestier, puis le long d'un champ, avant d'enjamber un tout petit fossé qui nous mène à un chemin pavé au bout duquel se trouve le lieu que nous sommes venus voir. Durant ce trajet, d'innombrables papillons, de très belles fleurs des champs : le charme de l'exploration urbaine à la campagne…



Après avoir quitté le chemin pavé, émergeant doucement de la végétation, le manoir est là, et il faut reconnaitre que visuellement, c'est assez sublime. L'intérieur sera-t-il du même niveau ? Aucune idée, mais tourner autour de cette splendide bâtisse est déjà un régal pour les yeux et suffit à me convaincre que ça valait le déplacement.








Alors, ça donne quoi dedans ? Et bien dedans, c'est malheureusement assez vide. Je suis un peu déçu, mais l'exploration urbaine c'est aussi ça : pour savoir ce qu'il y a dedans, pas le choix, faut aller voir par soi-même ! Bon ok on peut aussi chercher des photos de l'intérieur, mais on ne sait pas toujours si les photos sont récentes, on se dit que si ça se trouve ça n'aura pas trop changé, bref, faut s'bouger les fesses tout en croisant les doigts, et y aller. Dans les couloirs et les pièces du bâtiment, pas mal de tags, pas trop de dégradations, mais je m'attendais à quelque chose d'un peu plus lyrique vu la façade de la maison. Qu'importe, voici tout de même des photos :























Juste à coté de l'entrée de service, je découvre un montant de porte à moitié recouvert de champignons assez étonnants. A priori il s'agirait de Merule Pleureuse, également appelé "Mérule des Maisons" ou "Cancer des Bâtiments". Merci Winka pour l'info !








Surprise dans le hall : un dessin plutôt original et bien foutu d'une sorte de gros coléoptère poilu portant un château en ruines sur son dos. Est-ce une référence à la tortue portant l'univers sur son dos ? Possible. En tout cas ce dessin fait plaisir à voir, même si (avis très personnel) les petites inscriptions autour sont un peu en trop. Mais bravo à l'artiste Rolf/Rolk.



A l'étage, posé sur le rebord d'une fenêtre, je découvre une page déchirée du journal "Pravda", publication officielle du Parti Communiste Russe (de 1918 à 1991). Après la chute de l'URSS, la rédaction du journal fut dissoute mais le titre fut repris par des journalistes de l'ancienne structure. Aujourd'hui (2017) c'est la principale force d'opposition à Poutine. Que fait ce journal dans le manoir ? Nous verrons cela dans l'histoire du manoir un peu plus loin.






Ci-dessous, d'autres photos de l'intérieur.









La visite étant terminée, je sors de la bâtisse et me dirige vers la suite de cette exploration. Car, oui, il n'y a pas que le manoir, il y a aussi un autre bâtiment à voir sur place. En fait il y a plein de choses à voir, mais le temps nous fait défaut ce jour-là (et la pluie n'arrange pas les choses). Marchant dans les hautes herbes, j'aperçois la silhouette du deuxième bâtiment que j'avais repéré sur Google Maps. Un deuxième bâtiment assez photogénique, jugez plutôt :









Ca a de la gueule non ? Construit dans le même style que le manoir, nous voici devant ce qui était un «simple» corps de ferme, ou une grange, mais diablement bien foutue pour ce qui n'était qu'une bâtisse «fonctionnelle». La tourelle (rappelant un peu un phare) est diablement belle, avec ces décorations, ces différentes teintes de briques… Un bijou que je suis très heureux de contempler de mes yeux. L'intérieur du bâtiment n'est pas réellement intéressant, on est dans le même cas que le manoir : tout cela n'est «joli» que de l'extérieur. Mais ça en vaut carrément le coup. Ci-dessous des photos prises dans le bâtiment (la tourelle n'est pas accessible).









Et voilà, fin de la visite ! Il est temps de dire au revoir à cette belle ruine…





Bonus : étant venu visiter le lieu avec des amis, l'un d'eux me dit qu'il y a une Géocache pas trop loin. Pour ceux qui ne connaissent pas le principe du Geocaching, il s'agit de petites boites (ou des fois de simples tubes) cachés à certains endroits, et que l'on doit s'amuser à chercher en connaissant leur emplacement GPS via une application. Là vous allez me dire «Facile si on connait l'emplacement GPS !» Et bien, pas pour toutes, je vous invite à essayer par vous-même… Une fois la Geocache trouvée, l'idée est de signer le carnet (ou le bout de papier) se trouvant dans la cache, et pourquoi pas d'y laisser un petit objet sans valeur, comme une chasse au trésor pour le plaisir. Après quelques instants à chercher, nous trouvons la cache :

Nous signons alors le carnet en y laissant nos noms, et cette journée pluvieuse étant placée sous le signe des moustiques, Antoine dessine une bestiole dans le carnet, à coté de nos noms, pseudos et urls.





> Carlos Pardo : http://2d.fr/
> Iloé : http://iloe.pro
> Antoine Samaritain : http://le-samaritain.blogspot.fr/
> Les Gambettes Sauvages : http://lesgambettessauvages.com/


Et maintenant un peu d'histoire : ce manoir fut construit vers la fin du XIXème siècle. Les bâtiments agricoles datent d'une dizaine d'années avant la construction du manoir. La compagnie gérée par le propriétaire du site fit faillite trois ans après que le bâtiment fut terminé. Par la suite, le domaine passa de propriétaires agricoles en propriétaires agricoles avant d'être racheté par les Nazis au milieu des années 30. L'Armée Rouge succèdent aux Nazis jusqu'à la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, avant de quitter les lieux au début des années 90. De nombreuses installations (que je n'ai pas eu le temps de voir) furent construites sur place. Lorsque l'Armée Rouge quitte les lieux, le domaine est abandonné et tombe en ruines malgré un rachat et un projet d'hôtel et de centre de vacances qui ne se concrétisa pas.









Partager sur Facebook
Partager sur Google Plus
Partager sur Twitter