IMPORTANT : Des fois des lieux sont réhabilités, et c'est tant mieux car mieux vaut un lieu réhabilité qu'un lieu qui finit en champ de ruines. Mars 2016 j'ai reçu un mail du nouveau propriétaire de «L'Orphelinat Sans Avenir» (site #01 de mon livre) me félicitant pour mon livre (qu'il a acheté et apprécié) mais m'informant aussi que le lieu allait être réhabilité. Des gens continuent à venir sur place, et il tient à ce que je fasse passer le message comme quoi ça ne sert plus à rien de venir. Il est gentil, il raccompagne les gens dehors, c'est assez rare que ça se passe aussi bien avec un propriétaire, mais à force il ne restera peut-être pas aussi cool. Merci donc de ne plus aller là-bas, ce serait bête de faire de la route pour repartir bredouille, ou plutôt «broucouille», comme on dit dans le Bouchonnois. Merci de votre compréhension.

C’est au début de l’année 2007 qu’on m’a parlé de cet endroit. Ne connaissant pas du tout son histoire (à part que c’était un ancien «orphelinat») j’y fis plusieurs visites.


A cette époque on trouvait encore sur place de nombreux artefacts témoignant de l’utilisation passée de l’endroit par l’Avenir Social : cahiers, outils, matériel de la cuisine, pressing, un grand enclos, un haras…


Ci-dessous une vidéo tournée en 2007.



Durant l’hiver de la même année, un projet de réhabilitation fut démarré dans le but de transformer le domaine en projet d’hôtellerie/séminaire. Cliquez ici pour télécharger le PDF (aujourd'hui obsolète comme vous le verrez en lisant un peu plus loin).

.
.

Ci-dessous une autre vidéo tournée en 2007.


.

Ci-dessous une vue satellite datant de 2007.



.
.

Ci-dessous une vidéo tournée en 2008.


.

.
Début Août 2008, je fis une vidéo là-bas ainsi qu’une mini-bd. Deux semaines après, surprise, des anciens pensionnaires de cet orphelinat (ou pour être plus précis, foyer) commencèrent à commenter la note, reprenant contact les uns avec les autres, enfants à l’époque, aujourd’hui adultes. Vous pouvez lire cette bd en cliquant ici ou sur l'image ci-dessous. Ca commence à partir du trentième commentaire.



Hiver 2009 je fis d’autres photos, suivant depuis mon blog l’évolution des retrouvailles des anciens qui créèrent leur propre site, malheureusement fermé aujourd’hui. Ci-dessous des photos sous la neige, et une vidéo tournée le même jour.






Printemps 2011, j’eu le plaisir de faire une visite accompagné de trois anciens pensionnaires qui me racontèrent en détail l’histoire du lieu. Voilà une version courte : Le foyer fut fondé par la CGT en 1974 et ouvrit le 10 Juin 1976. Un conflit du travail apparu fin 1987 trouva son apogée dans la nuit du 13 Janvier 1988 quand le service d’ordre de la CGT mit brutalement tout le monde dehors, éducateurs ET enfants. Dispersés, les enfants perdirent la nouvelle famille qu’ils avaient recréée sur place. Depuis, les anciens de l’Avenir Social n’ont toujours pas récupéré leur dossier, comme expliqué dans le Lien Spécial N°2. Pour plus de détails sur l’histoire, j’ai fait une bd que vous pouvez lire en cliquant ici ou sur l'image ci-dessous.




Ci-dessous, le seul article de journal paru à l’époque. Cette image est extraite d'un courrier confidentiel de la CGT. Ne sachant pas trop si j'ai le droit de le publier, je vous propose le plus important, à savoir l'article publié en 1988, qui est, lui, public. Cliquez sur l'image pour l'agrandir (désolé pour la qualité médiocre du document).

 
 
Retranscription : FRFR – FRA0061-4-T-0287-FRA/AFP-XN78 – CGT-CFDT-CONFLIT

«Les grévistes CFDT «délogés» par le service d’ordre confédéral de la CGT des locaux qu’ils occupaient à Orgemont»

LA FERTE-ALAIS, 13 Janvier (AFP) - Les éducateurs grévistes CFDT de la maison d’enfants d’Orgemont (Essonne) ont été «délogés» de force mais «sans violences physiques particulières» tôt mercredi matin, des locaux qu’ils occupaient «par le service d’ordre confédéral de la CGT», apprend-on auprès d’eux.

En grève depuis le 5 Janvier pour obtenir, notamment, le maintien du potentiel d’activité, 31 des 38 membres de l’équipe éducative à majorité CFDT de la maison d’enfants d’Orgemont, appartenant via l’association «L’Avenir Social» à la CGT, occupaient les locaux administratifs depuis 9 jours.

Vers 4 heures mercredi «plusieurs dizaines de membres du service d’ordre confédéral de la CGT, munis de manches de pioche, et dont beaucoup étaient en état d’ébriété» notent-ils, «ont brisé la porte d’entrée et une baie vitrée des locaux pour nous en déloger de force».

Après «une brève discussion avec le chef du service d’ordre, nous avons pu négocier notre départ collectif sans encourir de violences physiques» ont indiqué les grévistes à l’AFP.

Pour eux : «La CGT a trouvé là une manière originale d’inaugurer sa grande journée d’action nationale aujourd’hui en faveur des droits et des libertés.» Ils déplorent en outre «une certaine connivence entre la CGT et les autorités départementales de l’Essonne qui savaient ce qui allaient (sic) se passer et n’ont rien fait pour l’empêcher.»

Provisoirement, les grévistes, qui tiendront une conférence de presse à 13 heures devant la mairie de Cerny, ont trouvé refuge dans le local CFDT de Renault à Lardy. (AFP 130658 JAN 88)

.

Toujours en 2011, je refis la vidéo faite en 2008, mais avec cette fois-ci un vrai caméscope numérique, pas le mode vidéo crado de l’appareil photo utilisé en 2008. Même style, même musique, la voilà ci-dessous.




Maintenant un peu d’histoire : Le bâtiment que l’on voit à travers la grille principale est le Château d’Orgemont, qui date du 18ème siècle. Il semble qu’il y ait eu un autre château avant celui existant aujourd’hui. Cet autre château fut la propriété de Pierre d'Orgemont, chancelier de France en 1373. Dans les années 1960, le domaine fut occupé par un centre de théologie protestante.

Dans les années 70, l’Avenir Social racheta le domaine et y construisit les emblématiques bâtiments en béton que l’on découvre quand on y entre par le coté est du domaine (et que l'on voit en long en large et en travers sur cette page). Ci-dessous, une plaquette datant des années 70 destinée à récolter des dons pour la construction du foyer. Une autre plaquette, plus grande, est visible en cliquant ici.




Ci-dessous d'autres photos (non datées) trouvées sur le site des Anciens de l'Avenir Social avant qu'il ne ferme.















Aout 2013 je fus contacté par le projet Urbs Phantasma, auquel je participai en donnait une interview/présentation dans laquelle je parle d’exploration urbaine, et de ce lieu. Ci-dessous la vidéo, puis des photos faites le même jour.





Aujourd’hui (2014) le projet de réhabilitation semble totalement à l’arrêt. Les bâtiments en béton ont tout juste été un peu nettoyés, et le gros des machines (cuisine, pressing) ainsi que tout ce qui est artefact a disparu. Le lieu est devenu un lieu de rendez-vous incontournable pour les paintballeurs, airsofteurs et taggueurs.


.


..



Partager sur Facebook
Partager sur Google Plus
Partager sur Twitter