Important : Cette page présente la visite d'un lieu assez connu et très dangereux. Une association se charge de l'entretien de la pelouse et du lierre. De nombreux sites ou pages appellent ce lieu par son vrai nom, estimant qu'il est trop connu, trop peu intéressant (ou les deux à la fois) pour être protégé via un nom fictif. Ce n'est pas mon avis. Ce lieu reste dangereux. Chute de pierre, effondrement, accident, tout cela est encore possible sur place, et c'est pourquoi je vous le présenterai sous un nom fictif.

Entrer sur le terrain n'est pas la chose la plus difficile au monde. Nous pourrions très bien entrer facilement par devant mais ça ne serait pas très discret. La visite ne s'annonçant pas la plus longue du monde, ce serait dommage de se faire jeter bêtement. Tiski et moi faisons donc une petite boucle et arpentons un sentier jusqu'en haut de la colline située derrière le château. Par ce chemin, aucun grillage ou mur à escalader, ma seule préoccupation est de faire attention à ne pas se fouler la cheville en descendant à travers les feuilles mortes et autres branches pourries. Quelques minutes plus tard, la ruine apparait enfin à nos yeux, et le soleil situé juste derrière crée une magnifique ambiance.



La toiture ayant disparu il y a fort longtemps, il ne reste que la structure en pierre de l'édifice. Admirant ce qui reste du château, je ne peux m'empêcher de m'imaginer que je me trouve à Angkor Vat. Il ne manque plus qu'à rajouter d'immenses racines, la jungle autour, King Louie, et nous sommes en plein Livre de la Jungle.





Le bâtiment étant ouvert aux quatre vents, la visite du lieu se fait de la plus simple des façons. Quelque part je trouve ça un peu dangereux tant la structure de l'édifice semble fragile. A force de regarder les pierres se désolidarisant ici et là, on en vient à penser qu'il suffirait d'un petit coup de vent pour que tout s'effondre d'un coup.

De nombreuses traces de lierre (retirés par l'association chargée de l'entretien de la ruine) laissent imaginer la tête du château en été, le travail de nettoyage que ça doit être, et font un peu flipper quand on sait à quel point le lierre peut fragiliser un édifice.





Vous voyez tous les petits trous un peu partout sur les pierres ? Ce sont des impacts de balles datant de la première guerre mondiale. Un bombardement allié durant la deuxième lui donna son état actuel. D'autres constructions existaient sur le site, nous verrons celà plus loin.










Pénétrons à présent dans le bâtiment. Qu'y a-t-il à voir ? Pas grand-chose, et nous nous y attendions très bien en venant. Tout ce vide est cependant très poétique, et on a l'impression d'être dans une cathédrale, enfin, une ruine de cathédrale. Tout ce qui est plancher ayant disparu, nous marchons sur le sol de ce qui fut la cave.





Le fait qu'il n'y ait aucune structure métallique pour soutenir tout ça fait un peu peur, l'effet de perspective donnant l'impression que le bâtiment va tomber sur nous d'un moment à l'autre. Toutes les ouvertures laissent cependant un petit espoir : si vent il y a, il peut circuler, et non appuyer contre les murs.



La visite de ce lieu doit être assez pénible en cas de torticolis.



Ci-dessous une magnifique trace de lierre. En été celà doit être magnifique.



Quelques plantes poussent sur les fondations de l'ancienne cave.





On se croirait vraiment dans une cathedrale avec vue directe sur le ciel.



Tout au fond du château, on trouve une pièce dont le plancher n'est pas effondré, mais fait rudement flipper. Pourquoi ? Parce que le plafond semble reposer sur deux ou trois piliers en très, très, très mauvais état. Ci-dessous, au fond à gauche, la pièce...





Rassurant hein ?

La visite de l'intérieur étant rapide, Tiski et moi sortons du château. Au moment de commencer à faire des photos de la façade, nous remarquons un avion s'apprêtant à passer au-dessus du site. L'occasion est trop belle, je cours à l'intérieur du château (pas du tout raisonnable), je me positionne rapidement, puis... clic !





Nous sortons de l'édifice avec la satisfaction d'avoir exactement vu ce que nous étions voir. Pas de bonne surprise, pas de mauvaise surprise... Hey, c'est quoi cette inscriptions sur les murs ? «3 - 4 - 11» 3 Avril 1911, cette inscription est là depuis plus de cent années. Il y en a un peu partout sur le château, c'est vraiment chouette à voir. Certaines sont un peu en hauteur, probablement faites par les artisans qui ont travaillé sur le château, ou des soldats des deux guerres mondiales. La journée avance un peu et nous n'avons pas trop le temps d'inspecter tout ça en détail.

Nous quittons le château et découvrons ainsi sa sublime façade, façade étonnement assez propre. Je dis «propre» car il est étonnant que la guerre ait criblé le château de trous de balles et fait disparaitre sa toiture, mais que les murs soient encore là presque comme si le bâtiment venait d'être construit. Un mur pourrait être effondré, une aile pourrait avoir été emportée. Mais non, rien de tout ça, la coquille est là, miraculeusement préservée malgré les centaines de fissures ou de pierres tombant au fil des années. Et le tout sans aucun ciment ni mortier. Oui, tout cela est simplement emboité. Assez fou non ?







Une fois chez moi je trouve pas mal de cartes postales du lieu. J'ai bien conscience que ces cartes postales permettent de retrouver le lieu, mais je les poste quand même à titre historique - et à priori les gens qui recherchent des lieux avec encore des choses dedans ne seront pas intéressés par ce château, donc ce n'est pas bien grave. Par contre, question sécurité, je le redis encore une fois, n'allez pas là-bas, ce site est dangereux.

Ci-dessous, deux belles cartes montrant le château bien installé dans le petit village. On ne le voit pas très bien sur ces deux cartes mais le château ne possède pas de fenêtres. Pourquoi ? Parce qu'à l'époque de sa construction (fin du dix-neuvième siècle) existait un impôt sur les fenêtres, et pour éviter cet impôt, le propriétaire n'en fit tout simplement pas poser. Vous remarquerez une sorte de tour située derrière le château. Nous la verrons plus en détails plus loin.



Ci-dessous, trois magnifiques vues du château. A part au rez-de-chaussée, on voit bien les ouvertures dénuées de fenêtres. Nous découvrons aussi la belle toiture, emportée par un bombardement allié lors de la deuxième guerre mondiale. C'est assez marrant comme le bâtiment ne fait pas très Angkor Vat avec sa toiture, alors qu'une fois le toit bombardé, on pense tout de suite au Livre de la Jungle.





Ci-dessous, une photo très intéressante. Sur la gauche, nous pouvons découvrir un beau manoir, ainsi qu'un deuxième sur la droite. Ces deux manoirs étaient situés de part et d'autre de l'entrée menant au château. Ils furent démolis pendant ou après la première guerre mondiale. Aujourd'hui on peut à peine voir le sous-bassement du manoir au fond à droite.

Voici donc la fameuse tour que nous avons vue plus haut. Je n'ai rien trouvé d'extraordinaire à son sujet si ce n'est que le propriétaire l'aurait fait construire pour se consoler de la perte de son épouse. Haute d'une quarantaine de mètres, on pouvait monter à son sommet en montant un peu plus de 230 marches. La tour fut détruite par les allemands lors de la première guerre mondiale. Nul doute que si cette tour existait encore, ce serait une réelle curiosité touristique de la région.



Enfin, je terminerais cette page par quatre vues aériennes. Ces photos ont été prises en 1969, 1978 et 1993 (deux photos). Le château étant dans le même état depuis plus de cent ans, il était évident qu'il ne fallait pas s'attendre à des images fantastiques, mais elles permettent cependant de découvrir que le château était caché par les arbres jusque dans les années quatre vingt, période où l'on commença à «entretenir» cette ruine en retirant le lierre, en tondant la pelouse etc.



Ci-dessous, de nouvelles photos faites en Avril 2023 :

















Venu avec le drone, j'ai pu faire les clich├ęs ci-dessous :