Important : Pour des raisons de confidentialité, de conservation, de sécurité (etc) je ne donnerais pas la localisation de cet endroit. Merci de votre compréhension.

Nous sommes en plein mois d'Août 2009 et c'est sous un soleil de plomb que j'arpente un chemin de terre me conduisant vers le lieu. Perdu entre quatre champ, on a réellement l'impression d'entrer dans une zone où le temps se serrait arrêté. Pas un bruit, pas un son. Même les hautes herbes ne bougent pas. Seuls quelques insectes indiquent que nous sommes bien dans une zone où le temps s'écoule. Mais de façon infiniment plus lente depuis sa fermeture au milieu des années 80. Trouverais-je une horloge transpercée d'un clou comme dans «Massacre à la Tronçonneuse» ? Impossible de ne pas penser à ce film et son ambiance si particulièrement glauque. Note : j'ai appellé ce lieu "abattoir" à l'époque, mais en fait c'est plutôt une porcherie. Il n'y a rien sur place à ma connaissance qui indique que les porcs étaient tués sur place.


L'imposant château d'eau surveille le complexe en ruines. C'est lui que l'ont voit en premier, de loin, avant même d'être entré sur le site. Entrant dans son ventre pour voir si il y a moyen d'y grimper afin de profiter d'une vue d'ensemble du site, je suis vite refroidi. Non pas par la relative fraîcheur contenue dans l'édifice, mais par la vétusté de l'échelle, rouillée et pas du tout rassurante. Je ne me risquerais pas à y grimper, on ne sait jamais, tant pis, pas de vue d'ensemble.


Visitant méthodiquement les bâtiments, je suis surpris qu'il reste encore quelques objets traînant ici et là, le lieu étant particulièrement visité et même très utilisé par les joueurs de paintball ou d'airsoft qui laissent des billes et traces de peinture partout. Les grafs sont également très présents sur place, il est difficile de trouver un petit endroit qui n'ait pas été recouvert de peinture. Quand c'est le cas, le lieu prend une dimension hors du temps très plaisante. La végétation pousse où elle le peut, cachant un escalier ici, recouvrant complètement une fenêtre là… Cet endroit a vraiment son charme.

Son histoire n'est pas extraordinaire comparée à un manoir ou un château, mais il a un certain intérêt de part la diversité des choses qu'on peut explorer : château d'eau, entrepôt, maison, boxes à cochons, grange… Le tout dans un silence assez oppressant au début, mais finalement très reposant au bout d'un quart d'heure. Les premières habitations sont à deux cent mètres. Si proche et à la fois si loin, cet endroit est réellement un petit monde parallèle où l'on l'impression de n'être resté que dix minutes alors qu'on s'y est promené deux heures. Ci-dessous des photos faites en Novembre 2009.

























Ci-dessous des photos faites en 2018 :





























Un peu d'histoire et des photos aeriennes/satellites gâce à Geoportail : sur une carte d'Etat-Major de 1818/1824 on voit un grand domaine boisé ("Parc"), un lac, ce qui est sans doute un verger, mais surtout ce qui ressemble fortement à un château (en rouge, photo de gauche). Ci-dessous à droite, une autre carte d'Etat-Major, datant de 1820/1866. Si on pouvait supposer sur l'image à aguche que le bâtiment rouge était un château, là il n'y a plus de doute, c'est écrit noir sur blanc. Le lac à gauche est bien là, mais pas le petit bassin collé au château. Probablement car il était trop petit à représenter sur la carte.


Ci-dessous, un zoom assez flou (désolé) sur une carte topographique datant de 1906. Détail intéressant, le château est ici présenté comme une ferme ("Fme"). Le lieu a-t-il été transformé ? Celà semble être le cas.

Ci-dessous, c'est parti pour les photos aeriennes. Nous sommes en 1933 et le bâtiment rouge est définitivement devenu une ferme, comme on peut le voir très nettement avec la cour carré, typique de ce genre d'ouvrage. Notez les ressemblances entre les images ci-dessous et ci-dessus : le petit bois à gauche est bien là, tout comme le bassin juste à droite de la ferme.

Ci-dessous, nous voici en 1949. La ferme est toujours là (en vert) mais nous constatons surtout l'apparition du lieu qui nous intéresse : la porcherie (en orange). On distingue bien les deux grands bâtiments collés l'un à l'autre, tout comme la maison de l'administration (j'imagine) à gauche. On note aussi l'apparition d'un des symboles de ce lieu : le château d'eau, probablement relié au ruisseau que l'on peut apercevoir sur les images un peu plus haut.

Ci-dessous, nous voici en 1964. La ferme est là, le beau château d'eau est également présent, et on voit quelques camions s'affairer, probablement occupés à charger/décharger les porcs. Petit détail : ci-dessus en 1949, les deux longs bâtiments ne semblaient pas vraiment reliés. Ci-dessous, en 1964, il semblent connectés par un bâtiment, ou de la machinerie...

Ci-dessous, une photo de 1965 :

Ci-dessous, deux photos de 1967 :



Ci-dessous, une photo de 1968 :

Ci-dessous, nous sommes en 1987, un an après que le lieu ait fermé ses portes (selon plusieurs sources). On voit pourtant quelques camions garés devant, mais ce sont peut-etre des conteneurs ? Un détail : la ferme (en vert) a perdu son aile ouest. Au lieu de la forme en U que l'on avait, on se retrouve maintenant avec un L. Le bâtiment en orange sera démoli entre 1987 et 1990.

Ci-dessous, 1990. Sans camions ni autre trace d'activité, le lieu semble bel et bien à l'abandon. On remarque des points noirs sur le toit de tuiles du grand bâtiment longiligne : des trous ? A partir de cette année, le lieu commencera sa lente descente aux enfers (intemperies, végétation etc).

Ci-dessous, 1994 puis 1999. La vegetation progresse un peu, sur la gauche.



Nous arrivons à 2003 (avec une photo d'assez mauvaise qualité).

Ci-dessous, 2004. Les arbres et arbustes commencent à encercler le grand bâtiment...

Ci-dessous, 2007. Les petits arbustes plantés en 1987 ont bien poussé. Vingt ans plus tard ils empêchent de progresser facilement du château d'eau à la maison du propriétaire (ou de l'administration) tout à gauche. L'herbe pousse toujours autant entre les grandes dalles. L'ombre du château d'eau est particulièrement jolie sur cette image.

Ci-dessous, 2011. La vegetation encercle totalement le grand bâtiment.

Ci-dessous, 2014 et 2016. La vegetation a tellement poussé que le grand bâtiment ressemble à un immense court de tennis vu de haut. Le château d'eau est identifiable, mais le site est clairement dévasté.



Ci-dessous, le lieu en 3D sur Google Earth :









Ci-dessous un dessin réalisé en 2017, cliquez ici ou sur le dessin si vous voulez l'imprimer chez vous en haute définition et pourquoi pas le colorier ? N'hésitez pas à m'envoyer le résultat terminé !




En Mars 2022 Aurore Quincerot a eu la gentillesse de m'écrire un mail pour me raconter la vie de ce site, du moins de l'éleveur de chevaux qui vivait dans la partie "ferme" collée au lieu, et qui est elle aussi abandonnée. Voici son texte :

"Bonjour, je connais bien les lieux pour avoir habité à 700 mètres pendant plus de 20 ans. Il a été loué par la mairie à un éleveur de chevaux de 1994 à 2003 environ, avec formules de demi-pension sur ses chevaux. D'où les terrains bien rasés pendant cette période. Nous étions une vingtaine de cavaliers à l'époque. Il ramenait ses chevaux élevés en Normandie dans le Perche pour les débourrer et les faire travailler ici (il était traiteur sur Paris).

On distingue les carrières de sable qui ont été aménagées, d'abord une petite à droite de l'entrée du chemin, puis une plus grande à l'arrière, avec même quelques ombres d'obstacles. On voit aussi un rond de longe au nord-ouest de la ferme. Les chevaux (visibles sur l'une de vos photos) étaient hébergés dans les dépendances de la ferme, et dans 2 autres bâtiments à l'arrière de l'usine. À un moment certains boxes de la porcherie avaient été aménagés pour loger des poneys prêtés par un chauffeur de bus scolaire de la ville du bois et quelques chevaux de l'éleveur également. Dans le cours d'eau situé à l'arrière une jument s'est noyée un jour.

Un appartement avait été aménagé dans l'aile de droite de la ferme pour loger le neveu du gérant de l'écurie pendant ses études à la fac d'Orsay. Les pompiers faisaient des entraînements tous les mercredis dans l'usine. Il me semble me souvenir qu'il y avait eu un accident un jour. Il y avait aussi un pont de pesée de camions (au-dessus de la petite carrière). Ce lieu est fascinant. Un historien était passé un jour et nous avait montré une image du château à l'origine avec ses jardins à l'anglaise, je ne les ai jamais revus. Vraiment dommage que ce lieu ait été laissé à l'abandon !"


Ci-dessous des photos faites au drone le 21 Juillet 2021. Ce jour-là (enfin, ce soir, puis cette nuit) nous avons fait du lightpainting au drone avec Cafarnaom. Je vous invite à voir le résultat sur son compte Instagram en cliquant ici.