Important : Pour des raisons de confidentialité, de conservation, de sécurité (etc) je ne donnerais pas la localisation de cet endroit. Merci de votre compréhension.

Suite à un événement majeur survenu dans les années soixante-dix, ce village fut progressivement vidé de ses habitants qui partirent vivre plus loin. Trois se sont même suicidés de chagrin. Ainsi, pendant une bonne trentaine d’années, c’était un vrai village fantôme : maison murées, délabrées - s’effondrant même pour certaines. Puis peu à peu, au début des années deux mille, les gens revinrent et un semblant de vie renaquit.


Aujourd’hui, visiter ce village est une expérience étrange. Pratiquement une maison sur deux est abandonnée. Sur ces maisons abandonnées, certaines sont murées, certaines sont accessibles au tout-venant. Parmi ces maisons visitables, on est étonné de voir qu’il reste encore quelques affaires (ce qui est rarement le cas d’ordinaire) mais plus encore, que ces affaires remontent aux années cinquante ou soixante pour certaines maisons.


L’autre aspect fascinant de ce village est la vie qui y côtoie le délabrement le plus criant : on visite une maison abandonnée donnant sur la rue, et on est surpris d’entendre ici et là les cris des enfants qui se rendent à vélo à la salle des fêtes, ou les applaudissements du public d’un match de foot se déroulant juste à coté sur la pelouse en face du grand manoir qui ne possède plus ni plancher ni toit.


 


MUSIQUE : PASCALUM
 


Partager sur Facebook
Partager sur Google Plus
Partager sur Twitter