Cette friche industrielle était variée car on y trouvait de tout : terrain de tennis, terrain de basket, grande baraque, serre, bureaux préfabriqués et détritus divers. L'ensemble faisait partie d’un complexe qui lui est toujours en activité (Cemagref) alors que tout le reste a été rasé. Le site était quelque fois visité (enfin, taggué) le week-end par la faune habitant à proximité, mais surtout surveillé par les gens qui habitent dans les pavillons à coté, et qui avaient décidé d’assurer eux-mêmes la sécurité puisqu’il n’y avait plus de système de surveillance. Ainsi, si vous n’aviez pas de chance, vous tombiez sur trois bonhommes armés de battes de base-ball, fort heureusement très sympathiques dès qu’ils avaient compris que vous étiez là pour visiter, et non vandaliser. En faisant attention à bien rester caché (en été, les hautes herbes, c’est le pied), on pouvait se promener d’un endroit à un autre et passer un bon moment à découvrir des artefacts d’époque plutôt kitchs, et assez amusants.










Partager sur Facebook
Partager sur Google Plus
Partager sur Twitter